• Prix réduit

La loi peut-elle dire l'histoire ? : Droit, justice et histoire

40,00 €
20,00 € Économisez 50%
TTC Expédition les mardis, livraison sous 2-3 jours.
  • Broché: 206 pages
  • Editeur : BRUYLANT / LGDJ (4 décembre 2012)
  • Collection : IDHAE
  • Dimensions du produit: 24 x 1,2 x 16 cm
Quantité
Derniers articles en stock

  • Si vous êtes une section, identifiez-vous en haut à droite avec le bouton "Connexion" afin d'afficher le tarif préférentiel auquel vous avez le droit (pour certains produits uniquement). Si vous êtes une section, identifiez-vous en haut à droite avec le bouton "Connexion" afin d'afficher le tarif préférentiel auquel vous avez le droit (pour certains produits uniquement).
  • Les commandes sont expédiées 1 fois par semaine, tous les mardis. Les commandes reçues avant le mardi 9h sont expédiées le jour même. Au delà, elles sont expédiées le mardi suivant. Les commandes sont expédiées 1 fois par semaine, tous les mardis. Les commandes reçues avant le mardi 9h sont expédiées le jour même. Au delà, elles sont expédiées le mardi suivant.
  • Si vous êtes une section et que vous n'avez encore de compte boutique, contactez-nous. Si vous êtes une section et que vous n'avez encore de compte boutique, contactez-nous.

Pourquoi des « lois mémorielles » censées déclarer, voire imposer, un point de vue officiel sur des événements historiques ? 
En France, la loi dite «Gayssot «du 13 juillet 1990 est la première «loi mémorielle». Son but était de lutter contre ce négationnisme et de reconnaître la douleur des survivants et des descendants des victimes face à ces remises en cause. Les lois suivantes ont repris ces objectifs de lutte contre la négation de faits historiques avérés (génocide arménien, esclavage, traite négrière) et de reconnaissance des mémoires blessées (Arméniens, habitants des départements d outre-mer, anciens colonisés, rapatriés, harkis). 
En Belgique, la loi du 23 mars 1995 tend à réprimer la négation, la minimisation, la justification ou l approbation du génocide commis pendant la Seconde Guerre mondiale par le régime national-socialiste allemand. 
La question de l efficacité de ces dispositifs est en débat. Plusieurs conceptions des rapports entre la loi et l histoire s affrontent Les partisans de telles lois soulignent qu il ne s agit pas de dicter l histoire mais de lutter contre Les opposants à la loi disent que celle-ci instaure une «vérité officielle». 
Certains affirment aussi qu elles seraient contraires à la liberté d expression et aux droits de l homme et donc contraire à plusieurs instruments internationaux. 
Les «lois mémorielles» n incitent-elles pas à une « guerre des mémoires » et à une «concurrence des victimes» ? Ces lois ne remettent-elles pas en cause les frontières entre histoire et mémoire ? Faut-il une multiplication de tels textes ou bien au contraire une abrogation totale ou partielle de ces lois ?

LIVLALOIHISTOIR